Le marché des fleurs est-il propice aux franchisés ?

Des réseaux pourraient bien devenir de solides partenaires

Présents en centre-ville mais également dans les zones commerciales comme sur le web, les commerces de fleurs sont au cœur de notre quotidien et se tiennent à notre disposition toute l’année, bien souvent 7 jours/7. Anniversaires, mariages, invitations : toutes les occasions sont bonnes pour profiter de leurs produits mais quelle est la véritable situation des professionnels du marché des fleurs ? Marquée par la crise, la profession reste dominée par les indépendants, une réalité qui pourrait évoluer dans les années à venir grâce à l’émergence de réseaux de franchise particulièrement dynamiques.

La franchise et les fleuristes, une parfaite entente Le marché des fleurs

Un secteur fortement concurrentiel

Vendues toute l’année, en toutes saisons et en toutes occasions, les fleurs représentent le cadeau d’excellence, intemporel, autant de qualités qui permettent aux fleuristes de bénéficier d’un marché sûr et constant. Si le secteur est principalement dominé par les indépendants, seuls 5 % des professionnels exerçant ce métier appartiendraient à un réseau, la concurrence n’en est pas moins rude. Les jardineries, les grandes surfaces et même les producteurs tentent constamment de capter l’attention des consommateurs en proposant des gammes de fleurs de plus en plus vastes.

Des atouts indéniables

Face à cette concurrence, les fleuristes restent malgré tout les grands gagnants, et pour cause : conservant une image de spécialistes, ils restent synonymes d’un choix plus vaste et surtout, de conseils adaptés, autant de points qui ne sont pas forcément associés à la vente de fleurs en supermarchés. Leur implantation idéale, généralement en centre-ville, est également un avantage de premier choix pour ces professionnels, un atout que beaucoup ont appris à conjuguer avec une forte présence sur le web, condition sine qua non pour toucher un nouveau public. La digitalisation des services représente en effet un tout nouvel enjeu pour la profession.

L’avantage de la franchise

Selon les chiffres publiés par l’Institut d’Informations et de Conjonctures Professionnelles dans le cadre d’une étude réalisée pour le compte de la FFAF et de Val’hor, le chiffre d’affaires du marché des fleurs a baissé de 6 % entre 2013 et 2015, une réalité qui a poussé plus d’une centaine d’entreprises à mettre la clé sous la porte en seulement quelques années. Fortes de leur notoriété mais également de leurs capacités à rebondir et développer de nouveaux concepts, les franchises tirent néanmoins leur épingle du jeu. Si certaines font le choix du haut de gamme, d’autres, du low cost, toutes ont fait le choix de développer leur offre digitale afin de répondre toujours plus efficacement aux besoins des consommateurs.
Les réseaux de franchise qui recrutent !

Oya Fleurs

Lancée à la fin des années années 90, la franchise Oya Fleurs a fait le choix de privilégier le commerce de proximité et s’est très rapidement démarquée grâce à ses tarifs avantageux. Les boutiques Oya Fleurs s’implantent principalement en centre-ville et se veulent avant tout proches des consommateurs. Pour rejoindre le réseau, il sera nécessaire de s’acquitter d’un apport personnel de 40 000 € et de droits d’entrée de 8 750 €. La redevance de fonctionnement s’élève à 3 % du CA HT et la redevance publicitaire, à 1 % du CA HT. En retour, l’enseigne accompagne ses franchisés à chaque étape et permet de profiter de larges campagnes de communication sur le web.
 

Le Jardin des fleurs

Présentes auprès des consommateurs depuis les années 80, les boutiques Le Jardin des fleurs se sont imposées comme des incontournables. Aujourd’hui, le réseau est fort de plus de 80 implantations et souhaite continuer à étendre son réseau. Pour faire partie de l’aventure, les entrepreneurs doivent justifier d’un apport personnel de 70 000 € et s’acquitter de droits d’entrée de 17 000 €. Ce contrat de franchise va de pair avec une redevance de fonctionnement de 6 % du CA HT et une redevance publicitaire de 1,5 % du CA HT. En retour, les franchisés bénéficient d’une formation de 10 jours et d’une assistance à l’ouverture pendant 5 jours.
 

Cœur de Fleurs

Lancée dans les années 90, l’enseigne Cœur de Fleurs propose des produits et des prestations variés et en cela susceptibles de plaire à différents profils de consommateurs. Ses prix, particulièrement attractifs, lui ont assuré un succès sans précédent et lui ont permis de se développer facilement au cœur des centres-villes. Pour rejoindre la franchise Cœur de Fleurs, un apport personnel de 40 000 € sera nécessaire auquel il faudra ajouter des droits d’entrée de 10 000 €. Les investisseurs devront également s’acquitter d’une redevance de fonctionnement de 5 % du CA HT et d’une redevance publicitaire de 1,5 % du CA TTC. Le réseau propose une formation intensive de six semaines et une assistance complète tout au long du contrat.
 

Monceau Fleurs

Devenue une incontournable du marché des fleurs, l’enseigne Monceau Fleurs propose ses produits en libre-service. Réputée pour ses larges plages horaires mais également pour ses prix avantageux, elle bénéficie de compagnes de publicité particulièrement efficaces, un atout que sauront apprécier les nouveaux investisseurs. Pour rejoindre le réseau Monceau Fleurs, un apport personnel de 70 000 € sera nécessaire. Les entrepreneurs devront également s’acquitter de 20 000 € de droits d’entrée.
 

Carrément Fleurs

Ouverte à la franchise depuis l’année 2012, l’enseigne Carrément Fleurs possède à ce jour plus d’une trentaine de boutiques implantées dans toute la France. Le réseau doit son ascension rapide à la qualité de ses prestations, à ses prix attractifs mais également à sa large gamme de fleurs disponibles en libre-service. Pour rejoindre le réseau, les investisseurs devront justifier d’un apport personnel de 15 000 € et payer des droits d’entrée de 17 000 €. En retour, ils bénéficieront pleinement des conditions d’achats avantageuses du réseau, des campagnes publicitaires et d’une forte présence sur le web et sur les réseaux sociaux en particulier.
 
Derniers articles de la rubrique